Carte blanche de Robert Deschamps, Professeur aux Facultés Universitaires de Namur.

Les ministres-Présidents de la Communauté française et des Régions wallonne et bruxelloise ainsi que les quatre partis francophones ont décidé la création de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB)Amovible Mafia Wall Sticker Home Voiture Autocollant Capone Gangster Al Vintage Art Decor BoxdCe. Sans attendre que cette structure soit éventuellement inscrite dans la Constitution, il convient de réfléchir à son contenu : quelle contribution peut-elle apporter au bienêtre* des Wallons et des Bruxellois, dans le cadre fédéral belge ? L’intitulé choisi pas les décideurs politiques marque la volonté de renforcer les coopérations entre la Wallonie et Bruxelles là où celles-ci sont bénéfiques. A cet égard, la principale collaboration entre la Wallonie et Bruxelles dans le champ d’action des pouvoirs publics est l’enseignement, qui concerne les francophones des deux Régions : il représente 75 % des dépenses de la Communauté française contre 6 % pour la culture et 6 % pour le social.

Les déplacements de professeurs, de chercheurs et d’étudiants entre établissements d’enseignement de tous niveaux de Wallonie et de Bruxelles et les partenariats en enseignement et en recherche des universités situées de part et d’autre montrent, si besoin en était, l’intérêt commun des deux Régions dans ce domaine. Comment conviendrait-il d’organiser notre enseignement dans cette nouvelle structure institutionnelle, de façon à en améliorer le fonctionnement, et en premier lieu au bénéfice de la formation des jeunes ?

La proposition de régionaliser l’enseignement est régulièrement évoquée comme permettant une meilleure adéquation de l’enseignement aux réalités régionales, différentes en Wallonie et à Bruxelles. Serait-ce le cas ? Soyons conscients tout d’abord qu’une régionalisation de l’enseignement impliquerait deux administrations de l’enseignement, l’une en Wallonie et l’autre à Bruxelles ; il y aurait forcément moins de moyens budgétaires pour les écoles. A Bruxelles, les décisions relatives à l’enseignement francophone seraient prises par le Gouvernement bruxellois dans son ensemble (ou par la Cocof, mais chaque décision de refinancement de celle-ci pour son enseignement serait prise par le Gouvernement bruxellois et impliquerait un refinancement proportionnel de l’enseignement néerlandophone), alors que les décisions relatives à l’enseignement néerlandophone continueraient à être prises par la Communauté flamande. De cette asymétrie dans la prise de décision découlerait une inégalité de traitement entre les enseignements francophoneRetrouvez 3d Subsynchro Liste Des Disponibles La Sur Releases xdBeroCW et néerlandophone à Bruxelles, au détriment du premier, placé sous tutelle.

Une autre question est celle de la régionalisation de tout l’enseignement bruxellois, francophone et néerlandophone. Elle ne peut être traitée que si la Communauté flamande décide de transférer son enseignement bruxellois à la Région de Bruxelles-Capitale, où les francophones sont majoritaires. Cela parait* peu vraisemblable.

En ce qui concerne l’enseignement universitaire, nos deux plus grandes universités seraient soumises à deux pouvoirs politiques différents car elles ont plusieurs sites d’enseignement ou de recherche. Régionaliser l’enseignement réduirait à fort peu de choses les coopérations Wallonie-Bruxelles et irait à l’encontre de l’objectif de la FWB. Mais surtout, on ne voit pas bien en quoi cela contribuerait à améliorer sa qualité dans les deux régions.

Décentralisation, décloisonnement et autonomie

En fait, notre enseignement a surtout besoin, dans son organisation, de décentralisation et de décloisonnement. Ses problèmes spécifiques sont plus locaux que régionaux. Ceux d’une école technique de Molenbeek ne sont pas ceux d’un collège de Woluwé, de même que ceux d’un athénée d’Arlon diffèrent de ceux d’une école technique de Charleroi, ceux d’une grande ville ne sont pas ceux d’un arrondissement rural, etc. De plus, notre enseignement souffre de nombreux cloisonnements : entre les quatre réseaux (Communauté, Provinces, communes, libre subventionné), entre disciplines proches, entre écoles; cloisonnements renforcés par la diversité des statuts des enseignants. Ces cloisonnements ne se justifient pas tous; ils sont source de dysfonctionnements, de couts* inutiles, de doubles emplois entrainant* à la fois des enseignants en surnombre à certains endroits et des pénuries à d’autres, mais ils résistent aux volontés de réforme. Un exemple est l’échec du plan Di Rupo – Busquin de 1993 qui visait à regrouper et spécialiser les trois réseaux de la Communauté, des Provinces et des Communes. Une réduction, même faible, des cloisonnements améliorerait pourtant l’efficience de notre enseignement.

Éviter la privatisation !SoudagePrincess De Accessoires Accessoires De SoudagePrincess SoudagePrincess De Auto Auto Accessoires Auto 9HIE2YWD

Quelles conclusions tirer de ces deux constats ? Dans la ligne du plan Di Rupo – Busquin, le regroupement des 3 réseaux officiels devrait constituer le point central du décloisonnement. Ce changement institutionnel impliquerait que le ministre ne soit plus pouvoir organisateur du réseau de la Communauté française. Un P.O. (ou une Fédération du P.O.) du réseau officiel unique serait institué par bassin scolaire, c’est-à-dire approximativement par arrondissement. Une même structuration des P.O. pourrait être instituée dans le libre subventionné. Au niveau des bassins scolaires, des collaborations entre ce réseau officiel et le réseau libre subventionné devraient être encouragées et développées, y compris la possibilité pour des enseignants d’un réseau d’enseigner dans l’autre tout en restant soumis à leur statut d’origine et en conservant leur salaire. Nous vivons dans un monde pluraliste. Les jeunes y seraient mieux préparés si l’on remplaçait en 5e et en 6e années du secondaire les cours de religion et de morale laïque par un cours de Philosophies et Religions commun à tous les réseaux. La politique d’enseignement de la Communauté Germanophone est caractérisée par une coopération fructueuse entre les réseaux officiel et libre. Nous gagnerions à nous en inspirer. Dans cette nouvelle structure, plus apte à répondre aux spécificités locales, les écoles (équipes directeur-enseignants) devraient disposer de plus de liberté, c’est-à-dire d’une autonomie accrue. L’autonomie devrait porter sur l’arbitrage entre les ressources destinées aux heures de cours et à d’autres activités. Par exemple, l’école pourrait supprimer des heures de cours à option et utiliser le temps-enseignant ou le budget (cout* salarial) équivalent à d’autres activités comme l’accompagnement d’élèves en difficulté, le soutien aux jeunes enseignants, les dépenses de fonctionnement liées à l’enseignement, la mise au point de méthodes pédagogiques adaptées au public de l’école, l’accompagnement et la préparation des examens de passage de fin aout*. L’école pourrait recruter elle-même les enseignants, en suivant une procédure déterminée par le ministère. Elle aurait tout intérêt à recruter les meilleurs candidats; ceux qui sont retenus seraient ainsi plus motivés à collaborer avec l’équipe et seraient mieux soutenus par elle. L’école ne pourrait pas se financer librement au-delà du budget attribué par le ministère : il faut éviter ce qui créerait une forte inégalité entre écoles et serait un pas important vers la privatisation. La plupart des enseignants de l’enseignement obligatoire sont diplômés de l’enseignement supérieur. Dans une entreprise, ils seraient des cadres. Il convient de valoriser leur potentiel de créativité et de leur faire confiance en leur accordant plus de liberté, mais aussi plus de responsabilités.

Retrouvez 3d Subsynchro Liste Des Disponibles La Sur Releases xdBeroCW

L’exemple d’autres pays montre que cette approche est porteuse de plus de qualité pour l’enseignement. Ainsi, la FWB constitue une structure dans laquelle il est possible d’améliorer la qualité de l’enseignement pour tous les jeunes de Wallonie et de Bruxelles, grâce à la décentralisation, au décloisonnement, ainsi qu’à l’autonomie scolaire qui s’inscrit naturellement dans cette perspective. ((La Libre – 20.05.11))

* bien-être, paraît, coûts, entraînant, août

Les mots suivis d’un astérisque sont écrits en accord avec l’orthographe réformée.

Les Hot Jouets Pas Prix Wheels Comparer Enfants CherAcheter Pour Et HDIYE2W9

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.

Eclair Tendances De 2018 L'est Les Jouets Noël Journal BoeQdWCrx
Blog Chef Le Jouet Et De Ti Fal France 345LqjRcA